Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L' Autre FIGARO

L' Autre FIGARO

Site web d'informations générales, d'analyses et d'investigations. Annonces & Publicités Contacts : +(229) 95961015/ 62235103/ 91151516


Législatives : des opérateurs économiques et leur appétit aiguisé pour le pouvoir à Lokossa

Publié par AFH sur 27 Mai 2022, 14:30pm

Le Bénin s’apprête à renouveler son parlement, une deuxième législature de l'ère du régime de la rupture. Au sein des partis politiques, l’heure est au casting tandis que sur le terrain, les aspirants à la fonction de député arpentent monts et vallées pour séduire l’électorat. Dans le département du Mono et dans la 18ème circonscription électorale, l’occupation du terrain est relativement maitrisée par des opérateurs économiques alors que des intellectuels et cadres qui rêvent de siéger dans l’hémicycle sont à la traîne.

Avec les législatives de 2023 qui pointent à l’horizon, un combat autre que le positionnement se joue aussi : celui de l’occupation du terrain et de la conquête des électeurs. Celles-ci dépendent en effet en grande partie du leadership et de l’appétit aiguisé des opérateurs économiques le pouvoir, principaux acteurs en compétition.

Dans ce contexte, des formations politiques sont encore tributaires des dons des particuliers (fortunés) et des cotisations des élus.

Dans la commune de Lokossa en particulier, un triumvirat de jeunes opérateurs économiques se démarque des velléités inavouées de siéger à l’hémicycle. Issus principalement de deux formations politiques, ces jeunes ont une longueur d’avance quoique mince. De tous les candidats potentiels aux prochaines joutes électorales de janvier 2023, ils sont assurément ceux qui détiennent à ce jour les plus sérieux atouts pour se faire élire, s'ils sont positionnés.

Voici pourquoi.

Monsieur x visiblement le fer de lance de sa formation politique et Messieurs Y et Z d’une autre formation politique, ont tous la carrure pour faire un bon candidat pour les législatives de janvier. Leur prédominance sur l’échiquier politique communale, quelques fois soufflée par des scabreuses polémiques, pèse encore sur les positionnements. Du coup, des cadres au sommet de l’administration publiques bardés des diplômes et pondeurs des théories de bonne gouvernance, éminences grises de leurs formations politiques, peinent à trouver leurs marques sur le terrain politique. Les chances de ces derniers se réduisent comme peau de chagrin.

Des boulets aux pied...

Survivants de ténébreuses « affaire de tentative de déstabilisation de parti politique » « et d'insubordination à la hiérarchie du parti », deux d'entre ces jeunes opérateurs économiques et aspirants à la fonction de parlementaire n’ont visiblement pas renoncé à leur rêve. Leur appétit effréné pour le pouvoir fait qu’ils traînent à leurs pieds au moins deux boulets.

Celui d’avoir bousculé toutes les lignes pour se faire positionner dans un passé récent comme candidats aux dernières élections de proximité et leur incompétence avérée à faire l’unanimité autour de leur vision et de leur méthode politique même au sein de leur propre parti et dans l’opinion publique.

La course aux actions sociales pour se hisser au pouvoir

‘’La fondation’’ c’est la trouvaille des hommes d’affaires de Lokossa pour impacter leurs communautés par des actions de générosité. Certes, ils ont créé ces « guichet automatiques de bonheur » avant de se lancer dans la politique mais indubitablement ce machin leur sert bien de tremplin dans la perspectives des législatives de 2023 et plus tard encore…. En quelques années d’existence, ces fondations affichent à leurs palmarès des projets et ou des réalisations de forages d’eau, des équipements solaires, la réfection des pistes de desserte rurales, des dons de vivres, de matériels sanitaires et scolaires, de bourses d’études et j’en passe. Tout ceci pour le pouvoir…

Dans toute nation, l’assemblée nationale est le haut lieu de démocratie, de législation des textes de loi et d’orientation politique. Au Bénin, si des législatures ont eu le mérite d’avoir impacté la nation par la pertinence des lois et le contrôle exercé sur l’action gouvernementale. Ces parlementaires sont pour bien d’entre eux des gens avec un parcours élogieux de pratique démocratiques et de connaissance approfondies de l’intelligence béninoise. Mais que sera un parlement des hommes et femmes hissés par le pouvoir de l’argent dans les urnes ? Un parlement où siègera un collège d’hommes et femmes repus et déconnectés de la réalité ambiante des populations qu’ils doivent représenter ? Pour éviter que survienne cette ploutocratie, les formations politiques quoique tributaires des dons des particuliers (fortunés) et des cotisations des élus doivent jouer un bon casting pour arrimer représentation du peuple aux représentants du peuple.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents