Rosine Soglo est de retour à Cotonou dans la nuit du mercredi 16 août 2018. Accueillie à l’aéroport international Cardinal Bernadin Gantin par les militants du parti RB et la presse, la doyenne d’âge du Parlement s’est prononcée sur le nouveau code électoral en étude. Comme à son habitude, elle a livré sans langue de bois son opinion sur la hausse des cautions électorales.

Rosine Vieyra Soglo n’est pas prête à s’aligner derrière ses collègues qui défendent la hausse faramineuse des cautions prévues pour les différentes élections. A l’en croire, cette augmentation en vue dans le nouveau code électoral est un facteur d’exclusion de beaucoup d’acteurs politiques, notamment les membres du parti la Renaissance du Bénin. « Il y a beaucoup de houézèhouè qui ne pourraient pas compétir alors, parce que avec 200 millions !!! où voulez vous qu’on les trouve? », s’interroge t-elle.

Cette question sera certainement l’un des premiers chantiers qu’elle abordera dès son retour à l’Hémicycle. Un retour qui ne saurait tardé, car elle exprime un envie pressant de vite retrouver son siège parlementaire. « …Le plutôt sera le mieux. Malgré ce que les docteurs ont dit, j’irai quand même…Je serai présente si Dieu le veut et Dieu le voudra » -elle-rassuré. 

Rosine Vieyra Soglo, actuellement âgée de 84 ans, est la doyenne du Parlement béninois. Née le 7 mars 1934 à Ouidah (Bénin), l’épouse de Nicéphore Soglo et Première dame du Bénin entre 1991 et 1996 est aussi membre du Parlement panafricain.Fondatrice de la Renaissance du Bénin (RB), l`un des plus vieux partis du pays (créé en 1992), Rosine Vieyra Soglo est connue pour ses interventions sans ambages dans le milieu politique.

BWT